CRISPR-CAS9, malgré sa précision, n'est pas infaillible.


En effet, des "off-target" peuvent arriver. Ces "Off-target" sont des modifications non recherchées de l'ADN. Ce sont donc des sortes de dégâts collatéraux sous la forme de mutations.
Elles peuvent occurrer sous forme de dizaines voir centaines de modifications.


Donc lors d'une modification génétique sur un humain, il y a une chance de mutation et de cancer.

 

Le problème devient encore plus fort lorsqu'on parle par exemple de l'extermination du paludisme transmis par les moustiques grâce à CRISPR-Cas9.

 

En effet si un off-target produisait une mutation néfaste cela pourrait être une catastrophe à grande échelle.

On peut aussi parlé des abus humain:

Un pays comme la Corée du nord pourrait utiliser cette technique afin de modifier ses soldats avant la naissance.

La modification d'embryon avant la naissance est aussi un grand débat.

Doit-on modifier un embryon humain avant sa naissance, sans son autorisation évidemment.

Des embryons humains ont déjà subi des tests de CRSIPR-Cas9 en Chine, et une autorisation a été donné au Royaume-Uni.

Aurions-nous été autorisés à naitre dans un tel monde?

Après tout, la perfection n'est que subjective et varie en fonction de la culture et du temps.

 

 

Armée de la Corée du Nord.

Par Eric Lafforgue.

Le 3 Juillet 2011 [Consulté le 28 décembre 2016]

On peut imaginer un futur pas si lointain où on se rend à la maternité pour choisir la couleur des yeux ou des cheveux de son enfant, peut-être même plus.

Un pays comme la Corée du nord pourrait utiliser cette technique afin de modifier ses soldats avant la naissance.
Ou alors la modification d’espèces à outrance, en oubliant l'équilibre de l’écosystème.

 

À long terme cela pourrait avoir de graves conséquences par exemple des extinctions si la chaine alimentaire est cassée.

 

Cela reste dans un futur plus ou moins lointain. Mais mieux vaut prévenir que guérir, surtout avec une technique qui évolue aussi vite.

 

Comme dit dans notre introduction, le domaine de la biologie est en pleine expansion.

 

C'est donc une éventualité à prendre en compte, mais nous ne pensons pas que bannir cette technique serait une solution.

Une bonne gestion transparente de CRISPR-Cas9 serait en revanche selon nous une bonne solution. Il serait dommage d'arrêter le progrès d'une telle invention.

Conclusion

CRIPR-Cas9 semble donc être une solution-miracle » aux maladies génétique, virales et bactériennes. C’est un pas de géant dans le domaine médical. Mais malgré ces avancées, CRISPR-Cas9 reste une jeune technique qui n’est pas encore totalement contrôlée.CRISPR-Cas9 peut provoquer des mutations non intentionnelles et donc provoquer des dégâts sans guérir. Cette marge d’erreur pose donc d’énormes problèmes. Nous pouvons donc nous demander. Doit-on utiliser cette technique non contrôlée et ainsi sauver plusieurs centaines de milliers de personnes par an et risquer d’aggraver la situation. Ou doit-on attendre de développer la technique mais continuer de laisser tant de gens mourir ?